A propos

Leader mondial dans la fabrication de simulateurs de tir depuis 2002

Interview de Tommy Andersson, fondateur et ancien CEO @MarksmanTrainingSystems. Maintenant Tommy travaille comme en tant que CTO.

La société a été fondée par moi (Tommy Andersson) en 2001 avec l'objectif de produire un système d'entraînement pour le tir au fusil de chasse, et en particulier le tir de ball-trap qui fonctionnerait comme un outil utile pour la pratique et le coaching. Avant la création de l'entreprise, j'ai fait un tour d'horizon du marché des simulateurs de tir existants et, à l'exception des systèmes militaires, je n'en ai trouvé que peu : quelques modèles pour la formation de la police et un système primitif pour le tir de ball-trap et le tir aux oiseaux, tous deux basés sur des technologies dépassées d'animation et de projection. Des contacts formels et informels avec le groupe cible que j'avais en tête, les entraîneurs de tir et les associations de tireurs et de chasseurs sportifs actifs, m'ont convaincu qu'il y avait une demande pour un système d'entraînement où l'on pourrait pratiquer les compétences de base du tir et où le niveau de difficulté pourrait être adapté au tireur individuel. Un facteur qui a contribué à l'intérêt de la communauté des chasseurs a été l'adoption d'une nouvelle loi obligeant les chasseurs à passer un examen théorique et pratique pour acquérir une arme à feu pour la chasse.

Avec mon expérience d'ingénieur en électronique et en logiciel, j'ai vu les possibilités de concevoir un simulateur de tir de haute qualité en utilisant des technologies modernes d'animation et de projection. J'ai consulté des spécialistes en optoélectronique pour trouver un moyen de déterminer la direction de pointage d'une plate-forme mobile (le capteur qui se trouve sur le canon) avec la précision nécessaire. Avec une précision directionnelle de +/- 2 milliradians et une précision du timing de la mesure (le tir) meilleure qu'une milliseconde, on pourrait estimer la position de tir par rapport à une cible avec une précision environ dix fois supérieure à celle d'un très bon tir.

La conception à laquelle nous sommes finalement parvenus impliquait une nouvelle façon d'enregistrer la direction de pointage d'un canon et son mouvement avant et après le tir, basée sur la capture vidéo de la cible projetée combinée avec des données gyroscopiques indiquant le mouvement du canon. La méthode a été brevetée en Europe, aux Etats-Unis et dans plusieurs autres pays. Les critères de conception essentiels ont été dictés par les exigences des tireurs sportifs et des chasseurs. Dès le début, le design a été influencé par des représentants de l'Association des chasseurs suédois ainsi que par d'éminents tireurs sportifs suédois. En plus de scénarios parfaitement réalistes et de la meilleure expérience visuelle possible, le système devrait fournir une rétroaction diagnostique qui pourrait être utilisée pour analyser non seulement le résultat final, la position du coup, mais aussi les mouvements du canon avant le tir. "Il y a une différence entre un bon tir et une bonne technique", m'a dit plus d'une fois Jocke Smålänning, vainqueur d'une trentaine de championnats de Suède et d'Europe et source d'inspiration lors de la phase initiale de conception. N'importe qui peut obtenir un bon tir, mais de bons coups ne peuvent être obtenus que si vous avez une bonne technique. Pour un entraîneur, le problème est souvent de convaincre le client d'un problème technique : swing trop lent ou trop rapide, mouvements involontaires juste avant le tir - des erreurs qui ne se traduisent pas toujours par de mauvais coups, mais qui font baisser le pourcentage moyen de tirs réussis dans le temps.

Pendant le développement du simulateur, il est devenu évident qu'une différence très importante entre la pratique du tir sur le terrain de tir et le tir dans le simulateur est la facilité avec laquelle il est possible d'utiliser le rejeu d'un tir pour identifier des choses comme arrêter le swing, lever la tête juste avant le tir, etc. Un tel feedback est facile à comprendre lorsqu'il est présenté sous la forme d'une rediffusion au ralenti et qu'il contribue à convaincre un client des défauts dont il n'est pas conscient. Peu de temps après le lancement du simulateur ST-2, les exigences des clients nous ont amenés à développer un certain nombre de disciplines de fusils. Aujourd'hui, il existe un large répertoire de cibles courantes et d'animaux de jeu animés en 3D.

Les disciplines de tir à l'argile de l'ISSF ont été conçues en étroite collaboration avec des équipes internationales de tir à l'argile. C'est une grande source d'inspiration que de voir des concurrents olympiques remporter des médailles et réclamer le simulateur contribuer au succès. Les rapports de recherche obtenus de la British Association for Shooting and Conservation (BASC) constituent une source importante d'information sur la balistique externe. Ces données servent de base à l'estimation des résultats des tirs en termes de probabilité de rupture des argiles et au calcul de la létalité lors de la chasse aux oiseaux.

Nos clients forment un groupe diversifié. Il comprend des personnes qui l'utilisent principalement pour l'entraînement : équipes nationales de tir à l'argile, associations et clubs de chasseurs, académies de tir, gymnases ; plusieurs clients l'utilisent surtout pour le divertissement : bars sportifs, bateaux de croisière, etc. ; il est utilisé dans les magasins d'équipement de chasse pour fournir le service supplémentaire de laisser le client tester une arme ou une visée avant de l'acheter réellement. Enfin, un certain nombre de simulateurs sont installés dans les résidences privées. Aujourd'hui, 13 ans après la première livraison, le simulateur est livré à environ 140 clients dans une quarantaine de pays à travers le monde.

L'HISTOIRE

J'ai été un chasseur passionné toute ma vie depuis mon plus jeune âge, suivant mon père dans ses voyages de chasse tous les week-ends pour chasser le chevreuil, le lièvre, l'orignal, le renard. Plus tard, j'ai commencé le tir à la carabine et j'ai même gagné quelques compétitions. Quand j'avais environ 15 ans, le championnat suédois de tir Skeet a eu lieu dans ma ville natale et a été remporté par un gars de ma ville. Il a tiré une balle avec 25 coups. Cela m'a rendu fasciné par le tir à l'argile et j'ai décidé de l'essayer. Ma première visite sur le lieu de tournage a été si embarrassante que je n'y suis jamais retourné. Les spécialistes qui étaient là ont cassé presque toutes les argiles, je n'en ai pas cassé une seule. Les gens autour de moi m'ont donné des conseils différents, mais ils semblaient avoir des opinions différentes, que je tire au-dessus, en dessous, devant (probablement pas) ou derrière l'argile. Je pense que le fait qu'il n'y avait aucun moyen de déterminer avec certitude où mes tirs se sont terminés par rapport à la cible posait un problème que je voulais résoudre tôt ou tard. Le produit que j'envisageais était un indicateur de la position du coup au tir à l'argile - non pas simulé, mais réel, sur le terrain de tir.

Au milieu des années 1990, bien des années plus tard, j'ai eu l'occasion de poursuivre cette idée. Un indicateur de position de tir pour le tir à l'argile (RT-4) a été conçu et même démontré pour les utilisateurs potentiels, les représentants des tireurs d'argile et les chasseurs. Un programme suédois de soutien aux inventeurs en phase initiale de développement, appelé NUTEK, a financé une partie des coûts de développement. Ce produit n'a jamais décollé, principalement parce qu'il n'était pas très adapté à une utilisation sur le terrain. Les composants de l'époque, en particulier les caméras et les processeurs, étaient encombrants et impropres à une utilisation mobile. Le prototype n'a donc jamais mûri pour devenir un produit utile. Ce qui s'est passé lorsqu'il a été démontré, c'est que les représentants des organisations de chasse et de tir sportif m'ont dit qu'ils préféreraient pouvoir pratiquer à l'intérieur, indépendamment du temps et de l'heure de la journée - en d'autres termes, ils demandaient un simulateur. Deux associations de chasseurs avaient même l'intention d'acheter un simulateur qu'elles étudiaient : un modèle militaire au laser avec des projecteurs de diapositives pour projeter les scénarios. Sachant que nous avions une solution technique au problème de la détermination de la direction de tir dans l'indicateur de position de tir, et qu'elle pouvait être adaptée pour être utilisée avec des images projetées, une partie importante du travail de conception a été réalisée. Nous avons dû ajouter une animation des cibles et des fonctions de diagnostic pour montrer les résultats, mais c'était un travail que nous avons trouvé réalisable dans un délai raisonnable. Nous avons réussi à convaincre les deux organisations de signer des commandes pour notre solution plus moderne et plus rentable, bien qu'elle n'était pas vraiment terminée à l'époque. Ces deux premiers systèmes ont été livrés en 2002. Les ventes ont rapidement pris de la vitesse et l'entreprise est maintenant bien établie en tant que leader mondial dans la production de simulateurs de tir de haute qualité pour le tir sportif et la chasse.

Pour moi personnellement, le projet de simulateur, qui a inclus toutes les étapes depuis l'idée initiale jusqu'au produit fini : un simulateur utilisé par des milliers de personnes dans le monde entier, a été un voyage fantastique. Il est vrai que le travail a été ardu de temps à autre, mais cela en valait la peine.

Un projet comme celui-ci est un travail d'équipe. J'ai eu la chance de travailler avec des gens inspirants et dévoués depuis le début. Je profite de l'occasion pour exprimer ma gratitude à tous ceux qui ont contribué au succès du produit et de l'entreprise : les membres de l'équipe qui ont conçu le matériel et les logiciels avec moi, et vous tous qui avez trouvé des idées pour améliorer le système et le rendre plus agréable à utiliser. Après tout - tirer, avec des balles réelles ou dans un simulateur - tout d'abord devrait être amusant !

C'est censé être "l'histoire au passé". Pardonnez-moi de dire cela au sujet du présent et de l'avenir :

Le simulateur ST-2 est le premier simulateur de tir sportif et de chasse au monde - et nous avons l'intention de le rester !